Le Retour

Exposition collective artistes du GUS: Lukas Berchtold, Anita Binkert, collectif GUS,Viviane Frass, Magdalena Gerber,Christiane Grimm, Michèle Haenni,Dominique Page, Tom Tirabosco

16.01.2016 — 31.01.2016

vernissage 16.01.2016 — 12h00

GUS-cartonET-A6-eProof-1

Cette exposition collective marque le retour des membres du GUS dans la SIP rénovée après 3 années passées hors du site.
Autour du mur mobile installé dans un container maritime lors de la BIG 2015, chacun fait son bilan de l’expérience du retour dans un lieu dépouillé des traces de son passé. Elle est un trait d’union entre passé et futur.

Lukas Berchtold

01-lukas-cle-w2500-758a493a0404a25e6f710712d2627ec2
© D.Page

Chargé du suivi du chantier, LB s’est retrouvé avec une collection de clés impressionnante, HOME sweet HOME, lui permet de se libérer de cette charge. Il a transformé ces clés en sculpture, créant un rideau que le visiteur traverse pour découvrir le nouveau lieu d'exposition ET.

Collectif GUS

02-mur-ET-w2500

avec la collaboration de Gaël Grivet
L’ installation pushme pullyou a été revisitée, cette fois, immobile puisque les murs des ateliers sont désormais montés. Le son évoque le mouvement comme un souvenir et appelle à la prudence car les lieux de production artistiques restent dépendants des politiques immobilières et culturelles. Le dispositif mécanique, au repos à présent, est posé à vue. Derrière le mur une projection de Dominique Page retrace le déroulement du chantier de 2011 à 2014.

Magdalena Gerber

03-M.Gerber_Ahoy-w2500

Ahoy est une sculpture en argile montée à l'aide de colombins, puis lissée en surface pour recevoir les commentaires écrits des visiteurs, consacrant la journée d'inauguration des ateliers. Grand jour, grands commentaires? Un monument commémoratif et festif.

Tom Tirabosco

05-tom-w2500

Trois vignettes tirées de Wonderland, où l'on voit Tom Tirabosco dans son ancien atelier du 3e étage, la vue de sa fenêtre sur les toits, et lui à sa table de travail, jetant un regard par-dessus son épaule, sorte de chassé-croisé entre passé et présent.

Christiane Grimm

06-ch.grimm-w2500

Christiane Grimm se préoccupe de la lumière en photographie. Elle a plongé des objets du quotidien dans une lumière polarisante, qui révèle de surprenantes nuances de couleurs irisées propres à chaque matériau. Il a fallu, il y a 3 ans tout faire descendre, il a fallu faire des allées et venues, déménager et ensuite il a fallu tout remonter, se réinstaller.
Dans Sublimation II, III, I, Ies objets ici sont en mouvement, ils tombent, vont, viennent et s’élèvent.

Anita Binkert

Cette première installation, Point de rencontre(s) de la peintre et art thérapeute présente un réseau d’énergie, des fils de laine venant de toutes parts et qui convergent tous vers la prise électrique trouvée à la SIP. Quiconque s’assied sur la chaise entre symboliquement en contact avec ce réseau et bénéficie de cette énergie, à l’image du public qui découvre le lieu et rencontre les artistes. La SIP devient ainsi un vecteur de l’art.

Viviane Frass

Une branche bourgeonnante et laquée de noir surgit du mur dans un élan printanier, Start c'est un nouveau départ. Sous la cloche, pièce détachée, une bague, une feuille tombée rongée par les insectes, rappelle la morte saison. Cette installation exprime le cycle de la vie où passé et futur conversent et où la mort est partie prenante du renouveau.

Michèle Haenni

10-lavbo-w2500

Autour de la récupération d'un lavabo sur le chantier et d'un jeu de mots autour de LABO et VA, pour désigner la nouvelle affectation de laboratoire de création ET et l’ancien mobilier fixe qui s’en va, l’installation À vau-l’eau décrit une atmosphère d’ateliers, avec ses vieux lavabos et les conversations surprises près de ces points de rencontre. C’est aussi une manière de tirer sa révérence aux peintres en lettres, une pratique désuette désormais, remplacée par l’informatique.